PRODUCTIONS » White Out

FR  /  IT

WHITE OUT
Piergiorgio Milano
NOUVELLE CREATION 2019

DOSSIER
FIRST TRAILER
SECOND TRAILER

PRE-ACHATS ET RESIDENCES DE CREATION

2019

17-26 avril Teatro B. Asioli di Correggio
20 mai -1 juin Spazio Moncirco Montiglio Monferrato en collaboration avec PDV
17-29 giugno Lavanderia a Vapore en collaboration avec PDV
1-4 juillet Vignale Danza (option)
5-28 juillet création et conceptualisation d’une performance “site specific” dans le cadre
du projet Avigliana-Chambéry
5-18 août Flic scuola di Circo Torino
2-14 septembre Corte ospitale di Rubiera Teatro Herberia
23 septembre-12 octobre Espace Malraux - scène nationale de Chambéry et de la Savoie
18-19 octobre Première Torinodanza festival / Teatro Stabile di Torino - Teatro Nazionale
novembre-décembre Tour Piémontais en collaboration avec Piemonte Dal Vivo

2020
Halles De Schaerbeek Bruxelles
Espace Malraux - scène nationale de Chambéry et de la Savoie

En alpinisme, le terme « White out » désigne la perte complète de point de repère due à des conditions météorologiques particulières : la neige et les nuages engendrent une distorsion dans le reflet de la lumière, créant une uniformité apparente entre ciel et terre et rendant impossible tout type de déplacement dans n’importe quelle direction.

U N E    C O P R O D U C T I O N   DE
Torinodanza festival / Teatro Stabile di Torino - Teatro Nazionale et Espace Malraux - scène
nationale de Chambéry et de la Savoie, dans le cadre de “Corpo Links Cluster” soutenu par
PC INTERREG V A - Italia-Francia (ALCOTRA 2014-2020)
Les Halles de Schaerbeek
La Caduta

A V E C L A COLLABORATION D E
Fondazione Piemonte dal Vivo
Flic scuola di Circo di Torino
Corte ospitale Rubiera
Teatro Asioli di Correggio
B-side Climbing Village

ET LE PRECIEUX SOUTIEN DE
Compagnia di San Paolo dans le cadre de “ORA! Produzioni di Cultura Contemporanea”


L E S N O U V E A U X A V E N T U R I E R S

Face à une prétendue désagrégation des repères et traditions faisant le ciment de la société, une perte de repères et traditions, une dissolution des supports ; la religion, la classe, la communauté ;
assurant l’intégration sociale et une inscription dans le collectif, certains individus ne semblent pouvoir désormais compter que sur leurs propres ressources pour définir un système propre de valeurs, construire un engagement dans le monde et donner sens à leur propre existence.

Affrontant et surpassant des montagnes existentielles, parfois au péril de leur vie, ces individus se profilant comme une catégorie singulière, celle des « nouveaux aventuriers »1 mettent ainsi à l’épreuve les limites de leurs capacités personnelles, leurs compétences à déployer de nouvelles stratégies de survie dans des contextes souvent hostiles.

Réf. David Le Breton “Passions du risque”

L A B L A N C H E U R

Certains appellent « Blancheur »2, la nécessité ou le souhait qu’éprouve une qualité d’individus de se soustraire aux mailles structurantes ou contraignantes du tissu social, en déliant des logiques d’interdépendance, des rapports personnels trop engageants. Choisissant délibérément d’arpenter les pentes les plus escarpées, de s’abandonner voire de se fondre à l’immensité de
paysages immaculés, ces « nouveaux aventuriers » confrontent leurs capacités, doutes et certitudes, testent leurs limites physiques et psychiques en cherchant à surpasser la vulnérabilité de leur condition face à l’inconnue destinée.

Réf. David Le Breton, “Disparaître de soi une tentation contemporaine”